Patrick Niéto – Écrivain des polices

Carrière.

Il est difficile pour Patrick de ne pas raconter sa vie professionnelle quand on lui demande comment il en est venu à l’écriture. Patrick Niéto intègre la Police Nationale en 1984 après des études de Droit. Il passe le concours directement après l’Armée. Sa première affectation est au commissariat de Meudon. Il y restera onze ans en tant que lieutenant puis capitaine de police. A cette époque, la ville est parfois affectée par de la petite et moyenne délinquance. Il a à cœur d’améliorer la vie quotidienne des habitants par son action.

Au bout de onze ans, l’envie de changement se fait sentir. Patrick a envie de découvrir une nouvelle facette de la Police. Il est affecté à l’IGS (Inspection Générale des Services) désormais IGPN (Inspection Générale de la Police Nationale) autrement dit les fameux « Boeuf-carottes ».

L’IGS fascine car la mission des fonctionnaires de la « Police des Polices » est bien de révéler le côté sombre de la profession, déceler les failles, sanctionner les bavures. La littérature et le cinéma populaires s’emparent de cette source intarissable d’histoires romanesques.

Par ordre chronologique Les Flics (1969) écrit par André Larue, « Les Ripoux »(1984) de Claude Zidi avec le très regretté Philippe Noiret, Thierry Lhermitte et Régine, « Les Keufs »(1987) de et avec Josiane Balasko, et la série « Les Boeuf- Carottes » créée par Joël Houssin. et diffusée sur TF1 de 1995 à 2001 avec notre Jean Rochefort nationale, regretté lui aussi, et accompagné de Philippe Caroit.

L’expression récente comprend plusieurs acceptions. La première datant de la première moitié du XXe siècle dans l’argot policier désignerait le collègue limogé qui, sans le sou, n’aura plus d’autres choix que de manger un plat peu cher comme le bœuf accompagné de carottes. La deuxième interprétation proviendrait du film de Zidi. « Pourquoi les boeufs-carottes? Parce que quand ils te tiennent, ils te font mijoter à petit feu!« . Et Patrick d’abonder: «  »Convoquées à 8h, les personnes étaient reçues à 18h … C’était alors la condition du processus mais les choses sont bien différentes aujourd’hui grâce à la technologie! ». Il nous donne aussi sa version de l’expression, plus « historique » cette fois: la Préfecture de Police se trouvant en face de Notre-Dame, dans le passé les fonctionnaires de L’IGS allaient toujours au Mess (lieu où se réunissent les officiers ou les sous-officiers d’une même unité, pour prendre leur repas en commun) le jour où le cuistot cuisinait du bœuf-carottes d’où le surnom…

Ainsi, sa mission est de traiter la question de la corruption en général avec un panel d’affaires plus importantes en gravité allant du vol aux affaires criminelles, viols, morts violentes et homicides à connotation de légitime défense ou pire de bavures ainsi que les possibles corruptions de fonctionnaires des Stups. Travailler sur la corruption est une véritable exploration de la nature humaine des femmes et des hommes avec leur sens du devoir et leur force mais aussi leurs faiblesses. Les tentations sont grandes, parfois vertigineuses notamment dans les affaires de grand banditisme ou le fonctionnaire peut se retrouver à manipuler des millions d’euros. Il suffirait de plonger la main…

Dès lors, le Capitaine de Police devient Enquêteur puis Commandant et traque les infractions au code pénal. Cet emploi très fonctionnel lui fait chapeauter une des trois brigades d’enquêteurs. Trois ans avant sa retraite, il intègre l’IGPN ce qui le conduit à mener des réflexions sur les problématiques récurrentes au sens de la Police comme l’usage de forces intermédiaires du LBD, du Taser… Il se charge de répertorier les usages et normer les enquêtes administrative et également d’apporter des réponses juridiques aux associations et au Défenseur des Droits.

Le passage à l’écriture

En 2011, une affaire hyper-médiatique sur la taxe carbone met en cause un haut fonctionnaire. C’est l’étincelle pour Patrick qui ressentent le besoin d’écrire et faire partager son expérience par le biais du roman depuis des années mais qui n’est pas jusqu’alors dans des dispositions psychologiques permettant le travail d’écriture: mener des enquêtes c’est avoir le cerveau toujours occupé…En 2013, intégrant un service (un peu) moins prenant, il se lance dans l’aventure. Le polar avec son expérience d’enquêteur est bien évidemment le genre idéal pour traiter des sujets de société.

Il apprend alors à gérer les mouvements de solitude de l’auteur seul face à ses doutes et ses moments d’angoisse, l’envoi des manuscrits restés sans réponse et le lettres de refus. L’éditeur CAIRN lui fait confiance et il entame alors une collaboration fructueuse avec cette maison du sud-ouest de la France dont il est originaire. La collection Du Noir au Sud concentre des intrigues policières.

Son premier polar intitulé Toutes Taxes Comprises revient sur un homicide sur fond d’escroquerie à la taxe carbone. Il explore alors la notion fluctuante de vérité. En effet, l’issue d’une enquête est la vérité judiciaire mais pas forcément la vérité des existences humaines. Pour mieux traiter ce thème, il choisit le registre du roman chorale où chaque personnage vient apporter un éclairage différent, sa vérité propre en somme. La garde à vue est notamment une même scène envisagée sous deux angles pour parvenir à dépeindre au mieux une société complexe.

Son deuxième opus Funestes Randonnées a pour thème principal la traque d’un tueur en série et l’exploration des méandres de la psychose chez des sujets non-soignés, sur le fil du rasoir, en marge de la société et commettant des actes atroces les rendant malheureux tout en leur procurant de la jouissance. Cette problématique au cœur de nos société lui parait déterminante et nécessite un questionnement de fond.

Le troisième ouvrage paru retrace une affaire de corruption dont l’inspiration trouve sa source avec la fameuse affaire Neyret. Sur fond de printemps arabe et de trafics en Libye, Corrompu raconte l’itinéraire d’un « bon flic » s’engouffrant dans la brèche de la corruption. Entre voyoucratie, terrorisme, code d’honneur, Patrick Nieto revient sur la spirale de l’homme de devoir connaissant un épisode de fragilité dans sa vie et chutant de l’autre côté du miroir.

Patrick Nieto partage désormais sa vie entre le sud de la France et les groupes de lecture, salons entre auteurs et séances de dédicaces qu’il affectionne particulièrement pour l’échange avec ses lecteurs. Il a également découvert le monde des bloggeurs, des passionnés venant d’horizons très différents. Son prochain polar traite du harcèlement et des violences sexuelles au sein du monde du travail. La parution est prévue pour l’an prochain…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s